mardi 20 septembre 2016

Le chinois, l'école et la mort

Un soir, 20h30 :
- Hing ong tuojifgohiONG... Je parle chinois! 
- Si tu veux, tu peux apprendre le chinois. Si tu as envie.
- D'accord. On s'y met tout de suite?

...

- Tu t'es bien amusé aujourd'hui à l'école?
- Non. 
- Ah... mince. Tu as fait des choses intéressantes?
- Non.
- NON?
- Ben non.
- Vous avez fait des lettres?
- Heu... non.
- Des chiffres alors? La maîtresse doit bien vous demander de compter et de dénombrer!
- Ben non...
- Bon, elle vous a lu des histoires alors?
- Oui! Deux! Non, une! Une histoire aujourd'hui!
- Et sinon, elle t'a donné quoi à faire?
- Un dessin. J'ai dessiné un cartable.
Pour la troisième fois depuis la rentrée... La maîtresse les prépare pour les Beaux-Arts! 

...

Sur la route, en allant à un festival dédié aux enfants :
- Avant, mamie, elle vivait chez ses parents.
- Eh oui. Mais maintenant, ils ne sont plus là.
- Pourquoi?
- Parce qu'ils sont morts.
- Pourquoi?
- Bon. Tu te souviens de ton arrière-grand-mère? Mamie Marinette?
- Non. Ah si! Elle était vieille, vieille, vieille!
- Oui, voilà! Son coeur était très vieux et fatigué, c'est pour cela qu'elle est morte. C'est normal.
- Eh oui, on meurt tous un jour. Moi aussi mon coeur est fatigué. Je vais mourir.
- Pardon?!
- Je vais mourir un jour. Tout le monde meurt un jour. Quand mes enfants auront des enfants je serai mort. 
- ...
- Mais si mamie meurt, que tu meurs, que papa meurt, que je meurs... Après, il n'y aura plus personne sur Terre?
- Mais si! Tu l'as dit : tu auras des enfants, qui auront des enfants et eux aussi auront des enfants et ainsi de suite. Et sinon, t'as pas envie de parler d'un truc plus gai chéri?




vendredi 16 septembre 2016

nouveau rythme

Et voilà, c'est reparti pour un tour! Le 1er septembre, comme des milliers d'enfants, mon petit loup a repris le chemin de l'école. Il est en moyenne section cette année. Le premier jour s'est bien passé, le deuxième un peu moins bien, etc. Il nous dit ne pas avoir envie d'aller à l'école. Nous avons rencontré l'institutrice afin de voir comment elle le ressentait et afin de lui expliquer brièvement le fonctionnement de notre fils. Nous ne savons pas si cela a été entendu et bien pris. En tout cas, nous, nous avons fait ce qu'il fallait pour le bien-être de notre fils. 
Il nous dit aussi s'ennuyer un peu... et il n'a pas du tout envie de faire les exercices demandés, jugés trop faciles. Il préfère donc attendre la dernière minute pour réaliser l'exercice dit... puis il va embêter les camarades de classe qui font des puzzles ou autre en faisant à leur place en "un rien de temps", dixit l'institutrice.
Il m'a confié hier qu'elle lui criait dessus... et a fini par préciser qu'elle criait sur les enfants en général et leur dit qu'ils sont méchants. A nos souhaits et vive la bienveillance! Je ne dis pas être parfaite mais nous essayons au maximum d'être bienveillants (tout en étant fermes) avec notre fils. Nous faisons du mieux que nous pouvons et même si des fois nous nous énervons ou perdons patience, nous nous excusons, soufflons un bon coup et passons à autre chose. Mais tout de même, il y a des choses qui m'échappent : c'est du bon sens que de s'apercevoir que crier sur des enfants ne mène à rien, sinon à les bloquer, les braquer et les stresser! En plus en maternelle... Eh oui, ce sont des enfants, ils rigolent, font des bêtises et ils ont raison! Bref, nous verrons bien ce que ça donne tout ça... Nous réagirons si ça continue. Ce n'était peut-être qu'une fois après tout.
Enfin, comme l'an dernier, son plus gros souci reste le relationnel. Il a bien du mal à entrer en contact avec les autres, souffre du rejet des autres enfants et n'arrive pas à se faire des copains car "ils ne veulent pas de moi. Je ne suis pas gentil". On doit bien lui bourrer le crâne pour qu'il dise ça. Nous n'avons de cesse de le valoriser et de lui dire qu'il est gentil, comme tous les enfants car il n'existe pas d'enfant méchant. 
Enfin, il se fait moquer de lui de temps à autre en raison de la forme de ses yeux, de ses cheveux, etc. Des histoires d'enfants mais c'est à nous de lui apprendre à faire fi de tout ça.

Sinon, les vendredis soir, je ne le vois plus car quand je rentre, il dort déjà. Il s'endort donc entre 17h30 et 18h et ne se réveille le samedi qu'à 8h. Il n'en peut plus! C'est ce qui s'appelle une nuit de champion! 

Enfin voilà... Ce n'est pas hyper réjouissant pour le moment.

Ah si, il y a un gros point positif cette année : je ne travaille plus les mercredis! A nous les mercredis après-midis libres. Au programme pour le moment : peinture, ateliers Montessori (vie pratique et vie sensorielle), pâtisserie, dessins animés, lecture. Mercredi prochain, nous irons peut-être à la piscine. 
Il faut que tout cela se mette en place car c'est un tout nouveau rythme pour moi aussi et il faut que j'apprenne à être moins speed et que j'arrête de m'organiser un emploi du temps de ministre. Eh oui, c'est un jour de repos non?!
Et autre point positif : il montre un peu ce qu'il sait faire à la maîtresse. Il lui a montré qu'il savait déchiffrer! Et là, nous sommes super fiers de lui. Car ça prouve qu'il a un peu plus confiance en lui qu'avant... même s'il n'a pas beaucoup d'estime de lui.

Allez mon loulou, t'es un champion!





lundi 29 août 2016

Nouvelles d'ici

Des nouvelles toutes fraîches et dans le désordre.

Marius commence à lire des phrases entières contenant des sons simples. Il est fier de voir qu'il y arrive! Il manque beaucoup de confiance en lui... Petit à petit, à force de voir qu'il y arrive, ça va venir, j'en suis sûre! Je lui souhaite de tout coeur car la confiance en soi est vraiment un atout pour se sentir bien.

Il pose toujours des questions sur son histoire, de manière très brève :
- Mais pourquoi elle n'est pas là, avec nous?

Il a dépassé le mètre! Il mesure 1,01 mètre! Je suis si fière!!! Dire qu'il mesurait 80 centimètres quand on l'a rencontré (il allait sur ses 22 mois).

Il aime faire des travaux et bricoler. Et il adore faire le ménage : "C'est mon tuc, le ménage!"

Il se débrouille pour "nager". Un bon début! 

Il aime explorer le fond de la piscine et de la baignoire avec un masque et un tuba.

Il est très diplomate. Quand il souhaite manger un bonbon, par exemple, il en propose à tout le monde et ensuite il se sert! Et avec les inconnus, il sait y faire aussi :
- Hmmmmm, ça sent bon la menthe madame! C'est quoi?
- Un Tic-tac. Si tu en veux un, tu demandes d'abord à ta maman.

Il a un bon trait d'esprit, très fin. Nous lui avons raconté récemment l'histoire de Mozart.
- Allez, répète après moi : Wolfgang Amadeus Mozart
- Mozart... Mozzarella! Hi hi hiiiiii
Nous avons beaucoup ri tous les deux, Fabien a compris après coup le jeu de mot. Un bon et doux moment tous les trois.
Ou encore :
- Marius M.!
- Non, moi, c'est Marius tout court! (lancé pour rire).
Depuis, c'est "Marius tout court" à la maison! 

Il a des réactions rigolotes : "C'est pas facile la vie de petit garçon."

Il aime jouer à la lutte et au karaté. Je joue le jeu mais il oublie vite qu'une maman, c'est fragile! Mais je crois qu'il faudra songer, dans les années à venir, à l'inscrire à un sport de combat. C'est qu'il y a de l'énergie à dépenser dans ce petit corps!

Bref, vous l'aurez compris, nous sommes toujours et pour toujours, définitivement, in love de notre fils d'amour. 


mercredi 24 août 2016

Perles de vacances

Les vacances ont été quelque peu mouvementées durant les premiers jours. Après quatre jours de bêtises et de grand n'importe quoi, nous avons pu profiter de nos congés après quelques mises au point nécessaires et salvatrices. Notre loulou étant très indépendant, il parcourait l'allée du camping où se trouvait notre emplacement en trottinette dès le matin pour voir les copains et copines. Ce grand coeur s'est fait beaucoup de copines et des amoureuses aussi! Il nous a fait rire par ses répliques et nous avons plein de photos de ces bons moments. Voici quelques perles :

Sa copine Léa :
- Pourquoi il a la couleur de peau chinoise?
- ???
- Ben oui, tu sais!
Marius :
- Mais j'ai été adopté!
Plus tard, la petite fille vient à notre emplacement et nous redemande :
- Pourquoi Marius a la couleur de peau chinoise?
- Tu trouves? Mais pourquoi tu dis ça? Je ne savais pas que les Chinois avaient la même couleur de peau que Marius.
- Je sais, il vit en France, il parle français donc il est Français. Mais tu sais, regarde sa peau... Elle est couleur arc-en-ciel!!!!

...

Il suit son instinct et part en trottinette avec sa copine Léa qui a eu la brillante de lui proposer :
- Viens, on va au passage secret!
Sauf que nous, le passage secret, eh bien on ne sait pas où il se situe!
On finit par retrouver les enfants. 
Marius, Fabien et moi partons voir un spectacle à pied. J'en profite pour lui expliquer :
- Tu ne peux pas partir comme ça sans nous le dire. Nous étions très inquiets.
- Pourquoi? Parce qu'il fait bientôt nuit?
- Non, pas parce qu'il fait nuit. S'il avait fait jour, j'aurais été inquiète aussi. Tu ne peux pas partir tout seul sans rien nous dire et sans nous demander.
- Et avec une lumière sur ma trottinette? 
- Non, ce n'est pas possible. 
- Avec cent lumières alors?
Je me mets à sa hauteur :
- Mon chou, tu as quatre ans. Papa ne t'installera pas de lumière sur ta trottinette pour que tu partes la nuit. Non. Tu dois tout le temps nous demander si tu peux aller à tel endroit. Et la nuit, tu ne pars pas tout seul à l'aventure. Tu es trop petit encore, tu n'as que quatre ans. 
Je le prends dans mes bras. Il persiste et me glisse :
- Et avec mille lumières, maman? Je pourrai?



...

Une dame handicapée moteur se hisse comme elle peut dans un petit train :
- Oh hisse...
Marius, dans toute sa splendeur:
- LA SAUCISSE!


lundi 25 juillet 2016

A bâtons rompus

- Elise?
- Bah tu pourrais m'appeler Maman plutôt!
- Elise, c'est ton prénom?
- Ben oui.
- Bon ben voilà...

...

Bien fort, à la piscine :
- Pourquoi la dame elle a des grosses fefesses?
- Chuuuut... Il ne faut pas dire des choses comme ça si fort. Cela peut être très vexant tu sais.
- Ah... Mais pourquoi elle a des grosses fesses?! (toujours aussi fort)

...

On parle des pays où on pourrait vivre tranquillement, sereinement. Proposition de notre loulou :
- On pourrait aller vivre au Viêt Nam. 
- Heu... Oui. Il faudrait prendre des cours de vietnamien avant.
- Moi je sais déjà parler vietnamien : Tsin chao! Et puis moi je vais savoir vite. Sinon, je parlerai anglais. Et puis voilà.

...

- Mamounette d'amour, je peux regarder un dessin nanimé s'il te plaît maman d'amour ?

...

Travaux dans sa chambre. Son matelas est donc dans notre chambre. Il observe sa chambre vide et va observer l'endroit où j'ai entreposé toutes ses affaires et notamment ses jouets. Il en revient avec une photo de lui, celle que nous avons eue pour le pré-apparentement (il avait alors six mois) :
- Je vais la mettre ici (juste à côté du matelas).
Quelques secondes plus tard :
- Il y en a d'autres de moi bébé?
Et le voilà, à 22 heures passés, en train de feuilleter son petit album photos remplies de photos trouvées sur Internet, quand nous l'attendions :
- Et là, je suis où?
- Fais voir. Alors là... Facile, tu es là! On ne voit que ton front sur cette photo!
- Ah oui, je me reconnais! Et là, pourquoi je pleure?
- Parce que tu avais peur du monsieur qui prenait la photo. 
- Et quand on s'est vus aussi, je pleurais. Je partais en courant. Pourquoi?
- Parce que nous étions des inconnus pour toi. Tu avais peur. C'est bien normal.
- Maintenant je vous connais tous les deux. J'ai plus peur!


lundi 18 juillet 2016

Appropriation de Spiderman

On s'amuse à se raconter des histoires... Histoires de famille ou tout droit sorties de notre imaginaire. C'est à lui de raconter une histoire :
- En fait, c'est Piderman, il naît mais sa maman ne peut pas s'occuper de lui. Alors il y a une autre maman qui arrive et il devient son fils. Piderman, il grandit. Et il fait comme ça avec ses doigts et lance des toiles d'araignée. Mais sa maman lui dit : "Arrête! Il faut que tu les gardes pour les méchants!"

Suite "Rêves d'elle"

En voiture : 
- Et alors, tu l'as vue dans ton rêve? Elle est jolie?
- Oui! Elle a les mêmes cheveux que toi.
- Ah d'accord.
- Et les mêmes yeux. Tout pareil. Vous avez la même tête. Et les mêmes vêtements aussi.

En fait, il a rêvé de moi quoi...
Instant choubidou!